Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le carnet de route de la famille Rolly


Gibbs farm



Extraordinaire promenade dans les jardins de Gibbs Farm au nord d'Auckland, j'étais comme un manant visitant les jardins de Versailles http://gibbsfarm.org.nz/artworks.php.

Le côté monumental des œuvres m'a beaucoup impressionnée de même que l'espace naturel du parc. Les 3 heures de visites sont passées comme un claquement de doigts.

Je ne veux pas tout expliquer, (trop long) seule la photo du petit bois de kaori aura un commentaire : "Je dédicace cette image à Alain".

Les monticules verts sont une œuvre d'art... Il y en a une autre improbable, c'est une barrière qui suit le relief vallonné, beau et pratique!




















































































Dans les rues de Nelson



Un matin, nous sommes parties, Diane et moi, faire les galeries d'art de la ville.
Nelson est connu pour ses céramistes de renoms. Nous avons eu de la chance de voir quelques expos.
D'autres galeries étaient fermées à cause de jour férié (je ne sais plus quelle était cette fête).
L’œuvre la plus intéressante n'est pas sur les photos, je suis restée discrète, même si cela me démangeait. Quelques exemples :

















Nous avons fait un tour au marché et avons rapporté des cerises aux hommes et aux enfants. J'y ai acheté un mini cadre humoristique que j'exposerai dans la Chambre "Pacific" à mon retour dans l'Aude.

Partage




J'expose avec l'association Arcanes sur le thème du "Partage", sept œuvres différentes à la galerie Arte Bello toute la semaine prochaine.

En céramique : Un rhinocéros :





En peinture acrylique, quatre petits tableaux d'inspiration médiévale :





En art textile deux productions : Elles sont accompagnées d'une bafouille explicative :





Titre : Cerfs

Lors d’une visite dans une brocante en Ariège, j’ai trouvé ce canevas déjà tout réalisé.
« Trois euros, je ne peux pas le laisser là. » me suis-je dit, tout de suite. J’ai pensé à la patience de la mamie en train de l’exécuter. Tous ces petits points pour finir ici, abandonné, dans cet antre de la consommation.
Redonner une nouvelle vie à cet ouvrage. Beau partage, n’est-il pas ? D’aucun penserait qu’il est suranné voire kitsch. Je le revendique comme tel, la vie serait bien triste sans quelques touches de fantaisie bienheureuses.
Après avoir fouillé dans mon sac à bouts de tissu, j’ai trouvé une petite pièce d’organdi agrémenté de dentelle, et un reste de panneau en intissé, c’est exactement ce que je cherchais. La transparence donne un effet un peu fantomatique. Par cela, je voulais exprimer ma crainte de voir disparaître notre belle nature si nous n’en prenons pas soin.
Mon choix pour les cerfs fait également écho au thème de l’exposition. Animal venu avec les blancs, le cerf a bousculé la façon de vivre des autochtones, à la fois source de nourriture et de destruction, ce partage est à double tranchant.
Tata bisous, comme on dit chez nous, et soyez heureux.




Titre : Du domaine des murmures :


- Pourquoi ce thème ?
Partage d’une lecture : Une amie connaissant ma passion pour le Moyen-Age m’a prêté le livre de Carole Martinez. Je cite « En 1187, le jour de son mariage, devant la noce scandalisée, la jeune Esclarmonde refuse de dire "oui" : elle veut faire respecter son vœu de s'offrir à Dieu, contre la décision de son père, le châtelain régnant sur le domaine des Murmures. La jeune femme est emmurée dans une cellule attenante à la chapelle du château, avec pour seule ouverture sur le monde une fenestrelle pourvue de barreaux. » Je vous convie à lire la suite…

- Pourquoi de l’art textile ?
Alain et moi sommes propriétaires d’une tour médiévale dans l’Aude en France. L’intérieur étant très délabré, nous avons fait abattre tous les niveaux. Au troisième étage, nous avons trouvé des sacs de jute. D’après les dires de nos voisins ils seraient presque centenaires. Une mamie du village raconte « Les vieux d’avant ravaudaient les sacs de jute, un sou était un sou à l’époque. » Ces sacs rapiécés sont chargés de l’histoire des paysans du XX° en cela, ils sont, porteurs d’émotion. Je pense également aux cultivateurs Indiens et aux longs voyages en bateau qu’ils ont effectués afin de parvenir jusque dans le département et aujourd’hui un morceau est devant vous, c’est presque de la magie.
A la lecture du thème de l’exposition « Partage » l’option « art textile » s’est imposée d’elle-même tant je voulais partager avec vous toute cette émotion prégnante.
Lorsque l’on fait de la peinture, on utilise de la peinture. Fin…
En art textile, le choix est bien plus vaste, même si, en fin de compte, un bout de fil de sera jamais autre chose qu’un bout de fil.
De par son origine, végétale ou animale, le fil impose son énergie. Ici, vous avez également des fils de soie, savez-vous qu’un cocon du bombyx du mûrier suffit à créer un fil continu d’un kilomètre ? (ouah…). La route de la soie a permis la subsistance de milliers de personnes pendant des siècles. J’imagine le plaisir des châtelaines caressant un coupon de soie chatoyante et colorée. Le lin et le chanvre qu’elles portaient, faisaient, alors, pâle figure.

J’ai voulu en choisissant des fibres disparates mettre en opposition le raffinement et la rusticité, non pas que je préfère l’un ou l’autre mais pour mettre en exergue la richesse de la diversité.

Sous l’emprise de la passion, je pourrais continuer à bavarder, mais « la page » me contraint à conclure. Bonne visite et soyez heureux.


Nota, j'ai oublié qu'au moment de cette photo, je n'avais pas terminé de broder le titre, c'est chose faite rassurez-vous.

Salon des petits formats




J'expose une série de 10 petits tableaux en acrylique à la galerie Leclectic, jusqu'à Noël.
Ce sont des monotypes, c'est à dire des impressions sur papiers, la technique utilisée est très ludique mais donne beaucoup de ratés.


















































Le sixième et le septième sont vendus.

En allant à Toulouse



J'ai participé au concours photo, "SNCF LANCE LA 4EME EDITION DE SON CONCOURS PHOTO « MA VILLE VUE DU TRAIN » A CLERMONT-FERRAND, REIMS ET TOULOUSE.".
Les photos ci-dessous sont visibles sur le site de la SNCF.

Cela m'a bien amusé de faire cela, du coup je suis devenue accroc à la photo de gare....















Celle-ci, c'est du bonus.





Lavelanet en juin



Nous avons passé un agréable moment dans ce village où une promenade accompagnée nous a fait découvrir ses alentours. Le soir un spectacle son et lumière retraçait son histoire. Bien mais cela manquait d'envergure et d'ambition.










Arbres



Depuis mon chez moi de France, j'ai dessiné un bois bouchon pour une expo collective qui a eu lieu à Boulouparis. Je n'ai jamais réussi à savoir si oui ou non le dessin est arrivé à temps et si il a été finalement exposé, c'est fou cela de ne pas répondre aux questions...





3° festival de sculpture à l'îlot Canard






L'expo s'achève après plus d'un mois, voici mon araignée qui a besoin d'un petit coup de pouce pour se remettre sur pattes... Catherine et moi y avons fait une permanence, un dimanche, il y avait aussi deux autres artistes, dont Jérémie Tourneux qui continuait, malgré la chaleur de cette journée très ensoleillée, à bétonner, bon grè mal grè, son pêcheur. Cette œuvre imposante est appelée à rester sur place.
Je n'ai pas tout photographié mais je peux vous dire que cela valait la visite.















Les animaux estropiés par l'homme de Catherine et elle-même à l'oeuvre.









Cela a été un dimanche sympa, rencontre avec les jeunes artistes, land art collectif, repas en commun.

Exposition "Les petits formats"




A la galerie Leclectic, j'expose des petits trucs, j'ai travaillé avec des bouts de fil de fer et du tissu.















































































J'expose !

comme tous les ans à la galerie Leclectic avec une quarantaine d'autres artistes, au salon du petit format, voici une sélection de mes œuvres, j'ai travaillé sur de petites choses qui puissent décorer le jardin. Mes mini gabions ont eu du succès, hier au vernissage.
Il n'y a pas d'échelle, il faut les imaginer tout petit.





















Balade dans le North Shore



Le bébé bien calé dans sa capsule, nous sommes partis le dimanche d'avant celui-ci nous promener dans le North Shore. Nous avons fait l'expérience d'un petit marché typique à Matakana où l'on trouve de bons produits locaux, c'était sympa, ensuite nous avons visité non loin de là, le magasin d'une fabrique de poterie usuelle. J'ai pris ces quelques idées pour les copines de la poterie. L'asparagus pousse devant une fontaine réalisée avec des bandes de céramique vertes (j'explique parce que ce n'est pas évident à la première lecture de la photo).

















Nous avons poursuivis notre périple vers Brick Bay Farm afin de visiter le Brick Bay Sculpture Trail. Diane et le BB sont restés sous la verrière afin d'abreuver l'une et de nourrir l'autre pendant que nous explorions le parcours. Beaucoup de choses m'ont plu, j'ai particulièrement aimé la sculpture ci-dessous, je n'avais jamais vu une pièce comme celle-ci qui représente trois choses différentes selon le point de vue où l'on se trouve. Les œuvres sont à vendre de 550 à 150 000 $.

































C'est l'automne ici, nous profitons du fait de ses couleurs.



Un Binp pour cette dernière, bien faite mais un peu chère (3500$) le nid que j'avais fait sur la promenade était certes moins élaboré mais il était gratuit lui !



Ma vie à la galerie



D’aucun pensait que je me m’ennuierai à la galerie pendant les 12 jours de permanence, il n’en fût rien.
Evidemment si je devais y passer 365 jours par an, je finirai peut-être neurasthénique, mais douze jours, cela a vite passé surtout, que j’y ai vécu de petites aventures sympathiques.

D’abord, il a fallu accueillir les visiteurs, et si certains jours ont été très calmes (les lundis particulièrement) d’autres ont été chargés en visites bienveillantes. Certains amis sont venus et revenus et je les remercie tous, en particulier Cécile qui bien que maman de deux charmants enfants et travaillant à l’extérieur, a pris le temps de venir trois fois.

La situation de la galerie veut qu’elle incite le promeneur lambda à pointer le bout de son nez, attiré par les œuvres en fil de fer visibles depuis la rue, ainsi un papa mélanésien, s’est arrêté un peu intrigué et ne cessant de me répéter. « Ah oui, vous faites cela, mais nous, on jette les bouts de fil de fer, et on peut faire toutes ces choses avec des bouts comme ceux-là. » Je serais ravie à l’idée d’avoir suscité une démarche créatrice et écologique à, au moins, un visiteur.

Un enfant a dit à sa mère qu’il comprenait que je puisse faire ce travail avec le fil de fer parce que j’avais l’air doux. C’est mimi ça, n’est-il pas ?
Un grand que je me « débrouillais bien » (sic).
Maké, toujours de bonne humeur pensait tout fort qu’elle ne pourrait même pas étendre une de ses culottes avec les mini pinces à linge utilisées pour accrocher les dessins.

A part cela, j’ai invité mes amies « les anglaises » à boire le thé, partager du jeune cerf mariné à souhait avec Yannick et Frank qui m’ont invité en retour, bu du champagne en charmante compagnie, travaillé sur de nouveaux projets artistiques, écris à des amis pour leur annoncer la venue de notre chérubin, assisté au test de la nouvelle crème dépilatoire de Rodrigue, accueilli pieds nu un visiteur parce que le vernis de mes orteils n’était pas sec, discuté avec les journalistes des Nouvelles Calédonienne et du Télé 7jours, pris divers rendez-vous dont un avec Sophie pour un massage, écris, lu, sudokué, patienté, ri. Ce qui a été moins marrant, c’est de me rendre compte que des jeunes m’avaient volé mon petit appareil photo Sony du coup, vous n’aurez plus de photos de bubules !

Enfin, vous voyez, un condensé de vie avec ses joies et ses désillusions, mais il est bon de pouvoir se dire que grâce à l’amitié, l’expérience a été enrichissante et joyeuse autant sur le plan artistique qu’humain.
Je pense que la particularité de cette exposition a été sa diversité puisque j’exposais tout de go : photos, céramiques, peintures, dessins, et travaux en fil de fer.
En voici un extrait, vous aurez ainsi droit aux dernières photos prises avec le Sony ! Ce qui implique qu’elles ne sont pas d’excellente qualité. Par ailleurs, comme il serait ennuyeux de montrer chaque pièce, les vues d’ensemble ne sont là que pour vous donner une idée de l’ambiance.


Travaux en fil de fer + verrines en céramique. Détail avec ombre portée.
















Céramiques : le bouton est cousu sur le mur, j'avais 8 autres pièces que je n'ai pas présenté ici.
























Peintures, certaines personnes ont été bluffées par la porte croyant qu'elle était en bois. Le rocher birman est doré à l'or fin, une technique que j'ai découverte spécialement pour ce tableau.
















Série de dessins : Les clefs du voyage.





Photos imprimé sur un drap, les lits du voyage.







Enfin le plus important : mes sincères remerciements à Frank.



Vous êtes tous invités






A deux endroits :



J'expose à deux endroits différents :
Au Centre d'Art de la ville de Nouméa pour toutes les vacances. Une expo collective dont le thème est "Que la lumière soit !".









Le globe oculaire en céramique : Pourquoi ?
- L’œil nous présente un bien étrange paradoxe, c’est par un trou noir que la lumière y pénètre. « Que la lumière soit dans notre œil! »

Les photos sont imprimées sur toile, cela leur donne un côté très doux. C'est pas terrible de les voir ainsi, des photos de photos, bof !

L'autre expo est à la galerie Leclectic pour le salon des petits formats. Je viens de me rendre compte que j'ai oublié de photographier deux œuvres, j'espère qu'elles ne seront pas vendues lorsque j'y retournerai autrement je n'en aurai pas de trace.
L'igname a été vendu lors du vernissage, il n'est donc plus visible.








Celle-ci est vraiment mieux en vrai ! Au centre : Toi-Moi en haut intelligence, en bas humour, c'est ce dont un couple a besoin pour vivre plus de trente ans ensemble.




"L'igname" j'ai peint le manou avec des motifs de paréo en petit. C'est de la terre cuite sur grillage.




"Mes beaux yeux bleus" Mini installation qui ne prend son sens que lorsque l'on fait rouler les yeux, c'est amusant de voir ces globes oculaires qui roulent dans tous les sens.

Carnaval de Nouméa 2011



Juste deux photos, prises à la maison, pour vous faire patienter, je n'en ai pas encore d'autres, l'on ne peut pas tout faire défiler et photographier !