Il n'est pas toujours facile de conjurer le mauvais sort, mais en s'accrochant, on peut y arriver. Après deux essais infructueux pour cause familiale dramatique, j'ai décidé ce matin de remettre le couvert. Mon plan était de prendre la navette gratuite organisée par le magasin IKEA partant du centre ville et Alain et Brice devaient me rejoindre plus tard dans la journée.

8H : Train annulé pour grave panne technique, cela avait mal commencé, qu'à cela ne tienne, j'ai pris le car pour Toulouse, il devait selon les agents de la SNCF arriver à 9H35.
9H45 : Il lui a fallu cinq minutes pour entrer dans la gare routière, le temps de descendre etc, inutile d'essayer d'attraper la navette. Je décidais alors, d'y aller par les transports en commun.
10H : Je prenais le métro, qui devait m'emmener à l'arrêt de car.
10H45 : J'attendais patiemment le car.
11H15 : D'un coup, je perdis patience et je me renseignais de son heure de passage et là cela a été la surprise, entre 8H15 et 12H30, il n'y a pas de car. Je n'avais jamais imaginé cela.
11H30 : Je mangeais au Buffalo grill, c'était toujours cela de pris.
12H55 : J'arrivais au centre commercial.
13H05 : J'étais enfin dans le magasin après avoir marché sur la route et risqué ma vie, du fait de l'absence de trottoir.
C'est là, que tu as envie de courir chez un vendeur de voiture et de faire l'éloge, pour les prochaines quinze années, de la voiture individuelle...