Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le carnet de route de la famille Rolly


Surprise par un peu de pluie



Les moustiques, meilleurs prévisionnistes que les ingé de la météo...
C'est la quatrième fois (vous notez bien, l'expérience...) que leur voracité m'émeut 48h avant la pluie. A travers la chaussette dans la botte, ils m'ont piquée avant-hier. Je me disais en regardant le bleu du ciel et les cartes de météo nc : C'est étrange, ils piquent alors qu'il va faire beau. Ils avaient raison les bougres.

Au jardin aujourd'hui, pas très motivant d'arroser alors qu'il pleut, même si, je sais bien que 2mm de pluie sont insuffisants pour les arbres.

Auto-portrait aux petits trous



Nu bénin d'un matin lambin et purpurin.





Gourmandes



Gourmandes, elles sont, les petites fourmis du sud lorsqu'il fait très sec.





Le sud encore



Retrait du lac et terre rouge, nue.
Marcher sur le fond du lac, quelle étrange extravagance. Par mégarde, mes pieds y sont restés collés.
















C'est comme cela à la Santalière



Déjà, que Bouraké est sec par temps de pluie, alors là, vous imaginez comment cela peut être.
Brice et Catherine, ont ouvert la ruche, les abeilles ne se sont pas laissées faire, petits risques du métier d'apiculteur.
Par cette chaleur, il n'est pas pensable de s'exposer au soleil, alors ici, on prend des bains d'ombre, c'est plus adapté.
Catherine et Alain ont une espèce d'énorme matelas gonflable dans lequel ils stockent l'eau de pluie du toit de leur dock. C'est commode et surtout très utile par les temps qui courent. La Santalière, c'est le nom qu'ils ont donné à leur propriété, y sont plantés des santals bien entendu mais également toutes sortes de plantes d'ici et d'ailleurs.




















Sécheresse



Ici, une grave sécheresse sévit depuis plus d'un an déjà, nous avons un déficit hydrique de 1 mètre sur l'année. En cause, El Nino qui déplace les masses nuageuses vers l'est, en conséquence le désert d'Atacama s'est couvert de fleurs roses cette année.
Sans arrosage nos plantes auraient péri bel et bien.
Néanmoins, les flamboyants comme s'ils redoutaient une suite malheureuse à ce phénomène, sont particulièrement fleuris. Nous en profitons grandement, ils rompent avec les couleurs fades et ternes de la terre presque nue.
Par un certain côté, j'aime bien ces paysages pré-désertiques. Le manque de saison ne permettant pas une grande diversité, il ne nous reste que la présence ou l'absence d'un peu de verdure.















Les tables de Noël



En famille ou entre amis, Noël était sous le signe des cervidés et des guirlandes électriques.







































Et la dernière un Bo Bun impliquait une déco asiatique.




Vœux 2016



Renvoyé par le fond clair de la rivière, l’éclat du soleil m’éblouissait, aurais-je dû fuir, attendre le passage d’un nuage blanc, ou bien d’un ample coup d’épée effilée, troubler l’onde.
Craignant les ténèbres et désirant garder intacte la précieuse clarté de cette journée radieuse, j’ai préféré, d‘un geste de la main, supprimer la violente nitescence.
Gardons en mémoire : « L’obscurité ne peut chasser l’obscurité, seule la lumière peut le faire ».

Aussi, en 2016, ne nous laissons ni éblouir, ni obscurcir, restons circonspects.

Merveilleuse année à toutes et à tous et soyez heureux.
Je vous embrasse.
Mireille