Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le carnet de route de la famille Rolly


Le quizz de Noël

Connaissez-vous les petites histoires issue de la grande histoire de notre civilisation concernant Noël?
Je me suis passionnée lors de la recherche de ces quelques infos à partager en famille.
N'étant pas historienne, je ne garantis aucune de ces informations, le WEB m'a bien servi mais vous le connaissez aussi bien que moi...
C'est juste pour le plaisir.




1° Quel saint fête-t-on le 25 décembre ?

On fête les Emmanuel, les Noël, et les Bélen.
Etymologie hebraïque : "emmanouel", « Dieu avec nous ».
Le prénom Noël ne date que du V° siècle.
Bélen Etymologie forme espagnole du nom de la ville de Bethléem qui est un prénom espagnol féminin.



2° En anglais que signifie « Christmas » ?

Composé du mot Christ et de l’ancien anglais « maesse » signifiant « célébration ».
En allemand « Weinachten » signifie « dans les nuits sacrées ».



3° Nous sommes en 2015, y a-t-il 2014 ans que Jésus Christ est né ?

L’année de naissance du Christ n’est pas connue précisément mais elle a eu lieu pendant les dernières années du règne de d’Hérode, donc entre – 5 et -10 av JC.



4° Pourquoi fête-t-on la naissance de Jésus Christ le 25 décembre ?

Selon le calendrier lithurgique, le premier dimanche de l'Avent marque le premier jour de l'année liturgique. C’est Denys le Petit, (V°) religieux roumain érudit qui a placé la date du 25 décembre. Pour que la date de sa circoncision tombe le 8° jour soit le premier jour de l’an 1 .



5° Quelle est l’étymologie du mot Noël ?

La fête de Noël s’est calquée sur la fête romaine « Sol Invictus » ie « jour de la naissance du soleil invaincu ». De adjectif latin natalis signifiant « de naissance, relatif à la naissance » (de natus « né »), L’étymologie de Noël est « dieu est avec nous ».



6° Quels sont les prénoms des Rois Mages ? D’où viennent-ils ?

Melchior, Balthazar et Gaspard.
Melchior aurait été roi des Perses, Balthazar roi des Arabes, et Gaspard roi en Inde.
qui symbolisent parfois également l'Europe, l'Asie et l'Afrique, c’est à dire tous les pays du monde connus à cette époque.
On appelle traditionnellement Rois mages les visiteurs figurant dans un épisode de l'Évangile selon Matthieu, selon lequel, ayant appris la naissance de Jésus, ils vinrent « de l'Orient » guidés par une étoile pour rendre hommage « au roi des Juifs ».
Le texte évangélique ne mentionne ni leur nombre ni les noms de ces « sages ». L'idée de leur origine royale apparait chez Tertullien au début du IIIe siècle et celle de leur nombre est évoqué un peu plus tard par Origène.



7° Pourquoi mange-t-on un gâteau en forme de bûche le soir de Noël ?

La veille de Noël, il était d’usage de mettre une bûche de bois dans l’âtre choisie avec soin afin qu’elle brûle toute la semaine ou au moins 3 jours. Petit à petit un gâteau a pris la place de la bûche vraisemblablement au XIX°.
La bûche doit provenir, de préférence, d'un tronc d'arbre fruitier, censé garantir une bonne récolte pour l'année suivante. Lors de l'allumage, la bûche est bénie à l'aide d'une branche de buis, ou de laurier, conservée depuis la fête des Rameaux. Lors de sa combustion, la bûche est, dans certaines régions, arrosée de vin afin d'assurer une bonne vendange, ou de sel pour se protéger des sorcières. On conserve souvent les tisons afin de préserver la maison de la foudre et les cendres sont répandues dans les champs pour fertiliser la terre. On conservait aussi toute l'année du charbon qu'on faisait entrer dans la composition de plusieurs remèdes.



8° Que représente l’étoile que l’on place en haut du sapin de Noël ?

L’étoile au sommet du sapin, rappelle pour les chrétiens l'étoile de Bethléem qui guida les rois mages vers le lieu de naissance de l'enfant Jésus, que l'on célèbre le 25 décembre ; l'étoile est parfois remplacée par une pointe. Traditionnellement, c'est l'enfant le plus jeune de la famille qui installe l'étoile sur le sapin.



9° Combien de rennes tirent le traîneau du Père Noël et quel est leur prénom respectif ?

La première mention des rennes du Père Noël date de 1821 puis 1823 par des écrivains américans.Il y a huit rennes en tout, 4 femelles et 4 mâles.
Les femelles : Cupidon amène l’amour, Eclair apporte la lumière, Fringante apporte la beauté, Danseuse apporte la grâce.
Les mâles : Tornade apporte la vitesse, Furie apporte la puissance, Comète prend soin des enfants, Tonnerre apporte la force.




10° De quand date l’invention du Père Noël ?

C’est un personnage fictif du romancier Charles Dickens (1843). Il est inspiré de Saint Nicolas qui est célébrée en Allemagne dès le Xe siècle celui-ci était habillé de rouge et blanc.
Il s’inspire également de Julenisse un lutin scandinave qui aidait aux travaux des champs et protégeait les enfants pendant la nuit.
Saint Nicolas était toujours accompagné du Père fouettard qui offrait non pas du pain d’épice et des oranges comme saint Nicolas mais des triques aux enfants pas sages.


11° D’où vient la tradition du sapin de Noël ?

Dans le cadre de la tradition chrétienne, l'arbre de Noël ne doit pas être érigé avant la veille de Noël, c'est-à-dire le 24 décembre et doit être enlevé douze nuits après, pour l'Épiphanie4.
C’est un très vieille histoire où se mêle religion romaine, celtique, païenne, catholique. La tradition actuelle nous vient de la Lorraine grande fervente du sapin, elle s’est répandue en France après la guerre de 1870.
Les premières décorations du sapin étaient constituées de pommes symbole du paradis perdu et d’hosties.
L'utilisation d'arbres à feuilles persistantes, de couronnes et de guirlandes pour symboliser la vie éternelle est une coutume antique chez les Égyptiens, Chinois et Hébreux La tradition su sapin avait été interdite en URSS après la révolution, elle a été à nouveau autorisée par Staline à condition d’être mise en place pour célébrer le Nouvel An.



12° Quels sont les origines de la tradition de la crèche ?

Au temps de la naissance du Christ, l’étable désigne l’étage inférieur de la maison israélite. Habituellement les familles avaient un âne, une vache et quelques moutons. La mangeoire « cripia » en latin a donné le mot crèche qui désigne donc la mangeoire dans laquelle Jésus a été déposé.
La légende faisant état de la naissance de Jésus dans une grotte date du II°. Un ange aurait montré la grotte à Marie où elle aurait accouché dans une lumière surnaturelle. Après deux jours, la famille se retrouve dans l’étable. Il faut surtout voir dans cette légende le symbole d’humilité de la naissance du Christ.
La crèche domestique telle que nous la connaissons date du XIX° avec la diffusion à grande échelle de santons en plâtre ou en terre.
Au moyen âge, les crèches étaient surtout des crèches vivantes.




13° Quelle est l’étymologie de Christ et Jésus ?

Jésus n’est certainement pas le prénom originel de l’enfant de Marie et de Joseph.
Jésus vient du grec ancien Lêsoûs issu lui-même de l’hébraïque Leshua (josué) qui signifie « Dieu sauve ou Dieu libère ».
Christ vient du grec ancien Kristôs issu lui-même de l’hébraïque Maschiah (messie) il désigne une personne ointe c’est à dire bénie ou choisie par Dieu.



14° Quels étaient les cadeaux des rois mages à l’enfant Jésus ? Donne des détails.

La myrrhe (de l’hébreu mrr : être très amer) composant de l’huile d’onction sainte. Les grecs l’utilisaient beaucoup et en parfumaient leur vin.
Du vin aromatisé à la myrrhe fût proposé à JC avant la crucifixion pour atténuer ses souffrances mais il refusa le breuvage.
C’est issu de la gomme résineuse du comniphora myrrha qui donne après distillation une huile qui avait la même valeur que l’or.
Elle est toujours utilisée de nos jours en parfumerie et contre certains cancers ; elle entre dans la composition de la Bénédictine.
Issue de la résine de l’arbre Boswellia Sacra.
D’autres matières brûlées lors des rites comme le copal ou le santal sont aussi parfois appelées encens.
Pour certains chercheurs, il est possible que pour l'un des présents, il ne s'agisse pas d'« or » mais d'une troisième substance aromatique, peut-être de l'ambre jaune.



Le retour en NC



J'ai des billets à poster de nos deux dernières balades en Europe, je ne ferai très bientôt.
Très occupée dès notre arrivée, les expos à préparer et les mariages à conclure sans compter un déficit hydrique alarmant imposant des heures d'arrosage.
Le mariage des fleurs de vanille, cela se pratique le matin de bonne heure, j'y reviendrai.


Partage




J'expose avec l'association Arcanes sur le thème du "Partage", sept œuvres différentes à la galerie Arte Bello toute la semaine prochaine.

En céramique : Un rhinocéros :





En peinture acrylique, quatre petits tableaux d'inspiration médiévale :





En art textile deux productions : Elles sont accompagnées d'une bafouille explicative :





Titre : Cerfs

Lors d’une visite dans une brocante en Ariège, j’ai trouvé ce canevas déjà tout réalisé.
« Trois euros, je ne peux pas le laisser là. » me suis-je dit, tout de suite. J’ai pensé à la patience de la mamie en train de l’exécuter. Tous ces petits points pour finir ici, abandonné, dans cet antre de la consommation.
Redonner une nouvelle vie à cet ouvrage. Beau partage, n’est-il pas ? D’aucun penserait qu’il est suranné voire kitsch. Je le revendique comme tel, la vie serait bien triste sans quelques touches de fantaisie bienheureuses.
Après avoir fouillé dans mon sac à bouts de tissu, j’ai trouvé une petite pièce d’organdi agrémenté de dentelle, et un reste de panneau en intissé, c’est exactement ce que je cherchais. La transparence donne un effet un peu fantomatique. Par cela, je voulais exprimer ma crainte de voir disparaître notre belle nature si nous n’en prenons pas soin.
Mon choix pour les cerfs fait également écho au thème de l’exposition. Animal venu avec les blancs, le cerf a bousculé la façon de vivre des autochtones, à la fois source de nourriture et de destruction, ce partage est à double tranchant.
Tata bisous, comme on dit chez nous, et soyez heureux.




Titre : Du domaine des murmures :


- Pourquoi ce thème ?
Partage d’une lecture : Une amie connaissant ma passion pour le Moyen-Age m’a prêté le livre de Carole Martinez. Je cite « En 1187, le jour de son mariage, devant la noce scandalisée, la jeune Esclarmonde refuse de dire "oui" : elle veut faire respecter son vœu de s'offrir à Dieu, contre la décision de son père, le châtelain régnant sur le domaine des Murmures. La jeune femme est emmurée dans une cellule attenante à la chapelle du château, avec pour seule ouverture sur le monde une fenestrelle pourvue de barreaux. » Je vous convie à lire la suite…

- Pourquoi de l’art textile ?
Alain et moi sommes propriétaires d’une tour médiévale dans l’Aude en France. L’intérieur étant très délabré, nous avons fait abattre tous les niveaux. Au troisième étage, nous avons trouvé des sacs de jute. D’après les dires de nos voisins ils seraient presque centenaires. Une mamie du village raconte « Les vieux d’avant ravaudaient les sacs de jute, un sou était un sou à l’époque. » Ces sacs rapiécés sont chargés de l’histoire des paysans du XX° en cela, ils sont, porteurs d’émotion. Je pense également aux cultivateurs Indiens et aux longs voyages en bateau qu’ils ont effectués afin de parvenir jusque dans le département et aujourd’hui un morceau est devant vous, c’est presque de la magie.
A la lecture du thème de l’exposition « Partage » l’option « art textile » s’est imposée d’elle-même tant je voulais partager avec vous toute cette émotion prégnante.
Lorsque l’on fait de la peinture, on utilise de la peinture. Fin…
En art textile, le choix est bien plus vaste, même si, en fin de compte, un bout de fil de sera jamais autre chose qu’un bout de fil.
De par son origine, végétale ou animale, le fil impose son énergie. Ici, vous avez également des fils de soie, savez-vous qu’un cocon du bombyx du mûrier suffit à créer un fil continu d’un kilomètre ? (ouah…). La route de la soie a permis la subsistance de milliers de personnes pendant des siècles. J’imagine le plaisir des châtelaines caressant un coupon de soie chatoyante et colorée. Le lin et le chanvre qu’elles portaient, faisaient, alors, pâle figure.

J’ai voulu en choisissant des fibres disparates mettre en opposition le raffinement et la rusticité, non pas que je préfère l’un ou l’autre mais pour mettre en exergue la richesse de la diversité.

Sous l’emprise de la passion, je pourrais continuer à bavarder, mais « la page » me contraint à conclure. Bonne visite et soyez heureux.


Nota, j'ai oublié qu'au moment de cette photo, je n'avais pas terminé de broder le titre, c'est chose faite rassurez-vous.

Salon des petits formats




J'expose une série de 10 petits tableaux en acrylique à la galerie Leclectic, jusqu'à Noël.
Ce sont des monotypes, c'est à dire des impressions sur papiers, la technique utilisée est très ludique mais donne beaucoup de ratés.


















































Le sixième et le septième sont vendus.