Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le carnet de route de la famille Rolly


Prénom Clara




Lu ce matin sur un site qqc :

D'origine latine, le prénom Clara vient du mot « clarus » qui signifie « clair ». Clara est une forme latine du prénom Claire.

Clairement, ayant dit qu'elle est "celle qui sait" sa clairvoyance ne fait pas de doute.


Puis encore :
Clara ne sera pas indifférente au côté lucratif de sa profession et bénéficiera de ses origines sociales le plus souvent favorables. Elle sera attirée par les professions de conseil, celles en rapport avec le domaine de la finance ou de l'économie, de la gestion ou tout simplement des affaires, celles en rapport avec le raffinement (coiffure, parfumerie, décoration...), le confort (l'immobilier, le mobilier...), la précision (dessin industriel, prothèse dentaire...), la méticulosité, la diététique, la restauration ou la gastronomie, celles en rapport avec l'expression orale et le domaine de la communication.

Déjà, de part son prénom elle porte en elle, d'excellentes prédispositions entre sa mère hautement diplômée en communication, son père informaticien usant dans sa profession de précision et de méticulosité, son grand-père qui s'occupe du confort de tous, moi qui tente le raffinement et la gastronomie et sa tante Diane qui est dans le domaine de la finance, elle sera bien entourée et encore ce n'est qu'une branche de l'arbre, du côté d'Estelle je gage qu'il en sera de même.

Départ/Arrivée




Nous avons eu la chance de voir notre petite merveille Clara juste avant de prendre l'avion à 4h30 du matin. Le personnel de l’hôpital de Purpan nous a autorisé cette visite nocturne. Une bien belle petite, une miniature de sa jolie maman. Elle était bien remplie, et déjà toute curieuse de ce qui l'entourait.
Aujourd'hui, ils sont tous les trois rentrés chez eux, ils espèrent pouvoir se reposer un peu plus qu'à l'hôpital.
Nous sommes d'heureux grands-parents et attendrons avec impatience notre retour dans l'Aude.

Le voyage du retour, s'est bien passé sans histoire notable.
Attente à Amsterdam : cela a vite passé en fait, avec la visite des boutiques et du musée aéroportuaire.




Puis les longues heures de vol :




Dès, le lendemain matin de notre arrivée, nous sommes allés visiter notre jardin de Païta. Comment dire, c'est une "no bonne herbe land", le truc. J'ai eu les jambes ravagées par les sensitives géantes et le dos par les piquants des aubergines sauvages.
Par une malencontreuse histoire de mauvaise gestion informatique avec des trucs que je n'ai pas pigé sur le coup, vous n'aurez pas droit aux photos du jardin avant notre départ. Elle sont restées sur mon ordinateur de France. Il faut vous l'imaginer tout propre avec par ci, par là, pointant leurs tendres ramures, la cinquantaine d'arbres que nous avions planté.
Première chose, nous devons les retrouver, puis couper l'horreur au gyro, ensuite, à la repousse, arracher les racines de ces mauvaises bêtes avec dans une main le jet d'eau et de l'autre une pince universelle selon la méthode "spéciale Catherine" qui semble être la plus efficace et la moins pénible.
Je ne suis pas désespérée, donc tout va bien... Contente d'avoir des arbres qui ont eu la force de survivre seuls aux intempéries. C'est une belle promesse.








Départ




Demain à l'aube, nous aurons quitté notre demeure de l'Aude afin de retrouver l'autre.
Nous avions reculé ce départ en vue de câliner un doux Piou-piou, hélas, il ne sera pas né ; l'obstétrique n'est pas une science exacte et c'est tant mieux quelque part, cela laisse une part au rêve, à l'humanité.
A notre arrivée tout là-bas, nous saurons ce qu'il en est...
Déjà, je sais qu'il sera "celui qui sait". Moi, bonne fée, je le touche avec ma baguette magique, je lui attribue de l'enthousiasme et de la créativité.
Entouré merveilleusement par ses parents, il commencera sa vie avec comme bagage de la chance et de l'amour.
A bientôt Piou-piou.