Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le carnet de route de la famille Rolly


Cinq filles dans la salle d'attente d'un dentiste



Claudie arrive chez son dentiste avec un peu d'avance, s'installe dans la salle d'attente, et attrape une revue quelconque sans se soucier que celle-ci est recouverte de milliards de bactéries qui se morfondent dans l'espoir de pénétrer dans son corps fragile. Rien, ne lui inspire, ce ne sont là que magazines datant de Mathusalem dans lesquelles Claudia Schiffer était encore un top au top.
Entre une grande blonde, la trentaine décidée, la fille s'assoit, fouille dans son sac, sort son Ipad, et plonge dedans sans se soucier du reste du monde.
Entre alors une brunette, un peu grassouillette, au regard pétillant de vie ; la fille s'assoit, fouille dans son sac, sort son Ipad, et plonge dedans sans se soucier du reste du monde.
C'est une tête toute grisonnante qui entre cette fois, la soixantaine strict, le corps encore souple, le genre "bien dans son corps et son esprit" ; la fille s'assoit, fouille dans son sac, sort son Ipad, et plonge dedans sans se soucier du reste du monde.
Une minette est la cinquième de ce cette prestigieuse équipe à faire son entrée. Elle est jolie et porte haut l'arrogance de son âge ; la fille s'assoit, fouille dans son sac, sort son Ipad, et plonge dedans sans se soucier du reste du monde.
L'aide médicale appelle Claudie qui quitte cette ambiance presque douilette pour un long moment douloureux. Dans un élan solidaire, les autres filles relèvent à peine la tête et se mettent à pianoter de plus belle.
Entrée chez elle, la bouche encore pâteuse par l'anesthésie, Claudie dit tout de go à son mari " Je sais ce que je veux pour mon anniversaire : un IPAD."
"Je ne le quitte plus depuis" m'affirme-t-elle.
Ah !

Dans mon jardin

Un délicat champignon, cela me rappelle que j'aimerais faire de la macro, mais pour cela il faut que je change de matériel. Ouen, c'est super cher le matos photo!










Vin fin



Nous avons goûté pendant ce WE, un vin dont j'étais à mille lieu d'imaginer. Un vin Tahitien ! Il a vraiment le goût de fruits exotiques, ce qui lui confère une particularité (allez j'ose) particulière. C'est bon, mais tellement en dehors de nos conventions gustatives, qu'il faut, je pense, connaitre les îles pour l'apprécier.
Alain, nous avait déjà fait boire du vin chinois au fort goût de clou de girofle, toutes les fantaisies sont dans la nature !
A quand un voyage à travers les vignobles du monde ? Je sais dore et déjà que je n'irai pas à Madagascar ou j'ai bu le pire vin de ma vie.








WE de Pâques



We familial de Pâques à Poé. Dans la journée de samedi, nous sommes allés faire une balade en voiture sur la propriété de la Province Sud de Gouaro Deva (plus de détails sur le site http://fr.wikipedia.org/wiki/Gouaro_Deva). C'est la première fois que je m'y rendais. La propriété est à présent ouverte à tous mais, il est nécessaire de laisser son N° de voiture à l'entrée.
Sur le chemin de la plage, des cerfs peu soucieux de nous, continuaient à brouter le peu d'herbe qui reste après les quelques mois de sécheresse que nous venons de vivre.
La forêt sèche étaient encore plus sèche qu'à l'accoutumée mais toujours aussi fascinante.




Les couleurs du lagon, avivées par un temps éclatant, nous ont enchanté encore et encore.




Sur le retour, le 4X4 est bien utile pour grimper au sommet d'une colline dominante.







Le lendemain, je suis restée longtemps allongée, le gros de la troupe est allé marcher sur les collines de l’extrême nord de la propriété, un coin de rêve qu'ils disaient à leur retour, ils veulent tous y retourner, moi aussi, moi aussi.

Visite de mes petits kiwis



Un évènement d'importance m'a quand même mis du baume au cœur. La présentation de Dorian, notre petit kiwi, à la famille calédonienne. Pour ce faire j'ai ressorti les jouets de mes enfants rangés depuis 25 ans dans le haut d'un placard. Javellisés, ils étaient comme neufs. Cela a intéressé le BB malgré le fait qu'ils n'étaient pas tout à fait adaptés à son âge. Il y a quand même trouvé son compte et nous aussi.
Ses yeux bleus clairs ont fasciné tout le monde surtout ma mère qui ne tarit plus déloge sur lui et dit que Diane est une bonne mère...Son autre grand-mamy l'adore aussi. C'est formidable de voir ainsi quatre générations rassemblées. j'en profite parce que cela ne m'arrivera certainement pas.
Nettoyage :




Escapade à Poé où malheureusement le temps faisait défaut.
Diane surveille Dorian qui adore jouer avec sa pelle et son sceau. Il nous montre ainsi sa capacité de concentration et son esprit à la fois curieux et passionné.




En mars, ne fait pas ce qu'il te plait.



Juste un petit mot pour raconter pourquoi j'ai un peu délaissé ce blog. En fait, étrangement alors que j'étais sensée avoir beaucoup de temps à consacrer à son "remplissage" je n'ai rien écrit. Je suppose que c'est dû à un manque d'énergie. Une énergie volée par la douleur d'une quadruple fracture des métatarses décelée après un scanner. Résinée de bleu, j'ai boitillé pendant un mois. La dernière semaine, alors que je commençais tout juste à pouvoir rester debout sans avoir mal, la suppression du plâtre a réveillé la douleur qui est redevenue intolérable à chacun de mes pas mais aussi lorsque je reste assise. J'évite donc le bureau, et dès que mes activités me laissent un peu de répit je m'affale sur le sofa, un livret de sudoku à la main ou mieux, mon vieux Lagarde et Michard du 17° (43 ans de bonnes et loyales lectures ! ) dans lequel j'apprends ou réapprends des fables de Monsieur de la Fontaine. Il parait qu'il n'y a rien de mieux pour rester jeune d'esprit que d'apprendre des poésies ; j'en suis persuadée mais je n'ai choisi que de très faciles, petit esprit oblige...
Je n'ai pas l'air comme cela mais cet handicap temporaire me mine un peu. Il m'interdit de nombreuses sorties alors que la vie culturelle calédonienne a repris de plus belle cette année. Je n'ai pas assez de jus pour sortir le soir et mes seules activités artistiques tournent autour de la céramique.

Mon pied bleu :