Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le carnet de route de la famille Rolly


Je ne suis pas raisonnable



Chaque fois que j'entre dans la boulangerie, je résiste pour ne pas acheter une douceur. Avant-hier, j'avais une bonne raison pour me laisser aller et j'ai acheté une brioche au chocolat.
La raison en est que nous hébergeons actuellement un octogénaire néo-zélandais.
Afin, de me défaire d'une culpabilité latente, je me disais qu'il avait peu l'occasion dans son pays de goûter à nos bonnes viennoiseries.
Si fait, je lui propose donc la dite brioche au cours du petit déjeuner que nous prenons ensemble. Il refuse mon offre en me répondant (je traduis pour vous) : -" Non merci, je n'en ai pas besoin". Sa réponse me résonne dans la tête, "Je n'en ai pas besoin". Je n'avais jamais pensé à cela avec autant de netteté, d'évidence.
A chaque fois que je mets quelque chose dans ma bouche, c'est avec l'intention de me faire plaisir, jamais, il ne me vient à l'esprit que c'est parce que j'en ai besoin. Certes, si l'on mange, c'est pour satisfaire un besoin primaire mais il y a longtemps que ce besoin est enfoui derrière celui du plaisir qu'il procure.
Je prends ainsi la mesure de nos différences culturelles, et j'entends la voix d'une certaine sagesse. Le premier pas du changement est la prise de conscience, n'est-il pas ? Ma cellulite a tout à y gagner.
Ce matin en allant chercher le pain, j'ai acheté une part de flan pâtissier. On ne se refait pas aussi facilement, quand même !