J’ai plus ou moins suivi deux émissions « C’est dans l’air » l’une d’entre elle parlait des microbes. J’ai retenu deux choses édifiantes :
Après un an d’utilisation : 10% de la masse totale de votre oreiller est occupée par des cadavres d’acariens, tu m’étonnes que l’on respire mal la nuit. J’en suis à six mois donc 5% ; c’est déjà énorme, vive les oreillers en bois des africains !

Deux kilogrammes de notre masse totale sont fournis par toutes les bactéries qui vivent en nous, plus que notre cerveau ! Nous en avons des milliards dans notre corps ce qui me laisserait penser que dans une classe, il doit y avoir plus de bactéries présentes que d’hommes depuis son apparition. Dès que j’ai entendu cela, une idée m’a traversée l’esprit et si nous n’étions qu’une douillette construction pour bactéries ? Les bactéries notre Dieu, voilà une théorie pas plus stupide qu’une autre. Elles ont une particularité qui nous est chère et que l’on partage : c’est la soif du pouvoir. De temps à autre l’équilibre qu’elles construisent en nous dégénère parce qu’un groupe a pris le pouvoir sur les autres et croit qu’il pourra survivre tout seul sans aide ou en faisant plier à sa volonté ses congénères. Je me sens une âme de gourou et je vais monter la SGB : La secte de la Grande Bactérie, obligeant ses disciples à respecter la vie des bactéries en leur interdisant l’usage des médicaments de toutes sortes et plus particulièrement les antibiotiques. Peut-être que l’homme a quelque peu échappé à sa nature première : vivre pour leur donner vie. En ce moment même des milliards de milliards de milliards de bactéries luttent pour leur survie, ayons une pensée pour elles, c’est une drôle de guerre qu’elles ne laisseront pas tomber et qu’elles réussissent parfois à gagner en effectuant des mutations qui les renforcent. En y réfléchissant bien, tout cela est peut-être prévu d’avance. Elles cherchent à devenir plus fortes pour aller ensuite coloniser l’univers via notre piètre technologie.
Cela m’amuserait de lire des théories fumeuses sur le sujet.

L’autre émission parlait des médicaments : Figurez-vous que tous nos médicaments sont faits en Chine, en Inde ou dans d’autres pays émergeants. Horreur, cela fait baliser de savoir cela : une guerre et hop nous mourrons tous. On a intérêt de rester ami-ami avec les chinois et de ne plus critiquer bêtement leurs produits de peur qu’ils se fâchent tout rouge, il en va de notre vie ! En même temps les grands groupes pharmaceutiques ne se rendent pas vraiment compte que nous sommes intelligents et que nous pourrions aller les acheter tous seuls sans passer par leur aide. Je comprends mieux la campagne de dénigrement que l’on trouve sur internet ou dans les médias qui nous dit « Attention, vous ne savez pas ce qu’il y a vraiment dans les pilules bleues que vous achetez via internet ». En plus, ils ont bien pris soin de ceinturer leur possible délivrance par un tas de papiers officiels, ils sont forts. Bon, vous allez me dire « Oui mais la recherche coûte chère, il faut bien que quelqu’un la paye » à l’allure où les chinois et les indiens fabriquent des chercheurs de haut niveau, dans très peu d’années, tous les laboratoires de recherche en France auront disparu. Que nous restera-t-il alors ?