Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le carnet de route de la famille Rolly


Hello there



Il y a quinze jours, nous étions sur une "station" à l'embouchure de la rivière du Cap un peu au Nord de Bourail.
Dès que nous avons passé le portail de la propriété, nous avons vu gambader des cerfs, le ciel bleu et la cabane en pierre. La suite plus tard...
Ca y est y nous sommes au "plus tard".

Donc, disais-je nous avons vu des cerfs dès notre arrivée à la propriété. Il a été presque tout le temps possible d'en apercevoir mais de loin bien sûr.
Dans l'après-midi, nous sommes allés sur le bord de la mer à la recherche de crabes, enfin quand je dis nous, en fait ce sont les hommes parce que moi j'ai tendance à les oublier jusqu'au moment où l'on pose dans mon assiette leurs pinces cuites à point.
La plage est bordée de palétuviers que j'essaie, une fois encore de photographier. Je suis dotée d'une certaine constance, je trouve. J'espère toujours que cela sera le bon moment et que je pourrai enfin faire une prise de vue valable de ce biotope typique.








Le lendemain re-pêche aux crabes mais pas au même endroit. Dans la boue de l'estuaire où l'expert est obligé d'aller au tréfonds du trou afin d'essayer d'en choper un. En fin de compte, il n'en aura qu'un, qui sera partagé religieusement entre tous. Ici les chaussures sont inutiles elles restent empoicrées dans la glaise, le pied nu reprend ses droits mais bien piètrement, je dois le dire, mon gros orteil blessé s'en souvient encore.
Et moi, mis à part photographier tout ce qui bouge ou pas, que fais-je ?
Eh bien, aidée par Laurence, je cherche des bois morts. Avant-hier, en nettoyant l'objet, après la liquidation d'un flacon de liquide vaisselle, l'usure totale d'une brosse à chiendent et un jonchement graphique de gouttes de salissure sur les murs de la buanderie, les reins cassés en deux et exténuée par l'effort, je me disais "Mais où donc vais-je chercher des idées pareilles ?"
Heureusement qu'après un relookage pop de l'objet qui s'inscrit lui-même dans le projet plus vaste d'une réhabilitation de ma véranda, je le trouve superbe, peut-être irai-je jusqu'à vous en faire une photo... plus tard.
Cette herbe rose fait le régal des cerfs :
















Une balade sur les hauteurs, pas mal n'est-ce pas, j'en ferai bien mon quatre heures !




Et pour finir, l'arbre du devant de la maison au couchant, on croirait une peinture, c'est à peine trafiqué, je vous assure.




Black swan





L'amie qui m'accompagnait et moi-même avons par deux fois explosé de fou rire pendant la projection de ce film tant les situations qui se voulaient dramatiques étaient cousues de fil blanc et ridicules. Il y a donc des scènes un peu ratées et inutiles, je pense. Malgré tout j'ai apprécié le parallélisme entre de la folie schizophrénique de Nina qui va crescendo et l'appropriation de son rôle qui aboutit à une crise de folie destructrice. Chapeau pour l'interprétation, cela n'a pas dû être évident tous les jours. Le film ne m'a pas laissée indifférente et le thème de la recherche de la perfection à tout prix était pas mal vu.
☆☆☆

Pirates des Caraïbes : la Fontaine de Jouvence





C'est le genre de film que l'on rêve de voir lorsque l'on a dix ans. De l'aventure, des héros de légendes et des acteurs superbes, un bon moment de "rétrogression du quotidien".
☆☆☆☆

Africa United





Nous sommes allés voir un peu par hasard ce flm et je ne l'ai pas regretté. J'ai aimé le dynamisme, la candeur et l'espérance qu'il évoque. Il parle des problèmes de l'Afrique sans jamais tomber dans le mélo mais au contraire avec beaucoup de subtilité et de bienveillance. Le fait ne rien connaître du monde du foot ne m'a pas plus dérangé que cela parce qu'en fait le foot n'est ici qu'un prétexte au voyage. Le film est entrecoupé de dessins animés que j'ai regardé avec amusement et bonheur. C'est le premier long métrage de la réalisatrice Debs Gardner-Paterson, j'attends les suivants... ☆☆☆☆

Une fleur pour chaque maman



Cette orchidée sauvage croisée hier lors de notre balade dans le sud est dédiée à toutes les femmes qui aiment la vie et la nature.
Profitez-en bien, cela sera probablement la dernière fois qu'elle fleurira.




La blague de la fête des mères 2010



Avez-vous remarqué que nous venons de vivre un mois formidable !!! Un véritable conte de fée...
- le prince s'est marié....
- le méchant a été tué....
- Blanche Neige est enceinte d'un nain !-
et Gargamel est en prison.

Première Vallée du Tir



D'après vous, où peut-on trouver demeure si verdoyante et tranquille à deux minutes du centre ville ?





Rue des Frères Vautrin à la vallée du Tir, le petit quartier le plus typique de la ville. En descendant la rue, je rêvais que si je devais, par un beau jour, devenir multimilliardaire je rachèterai tout petit à petit afin d'en garder à jamais son cachet.
Le quartier a échappé aux promoteurs, il n'y a aucun immeuble récent (et seulement trois en tout). Catherine et Alain y loue une maison. Leur propriétaire a préféré s'endetter et racheter la maison centenaire mitoyenne à la leur plutôt que de la voir détruire impitoyablement. Elle est très heureuse de l'habiter à présent.

En venant, j'ai été attirée par cette enseigne pittoresque et la couleur vive de la devanture de ce magasin.




Au début de la rue, ces deux petites maisons nous accueillent tendrement avec leur couleur pastel. J'aime beaucoup la deuxième parce qu'elle donne directement dans la rue sans clôture aucune.








Couloir :









Détail, certains se reconnaîtront....




A l'atelier d'Alubie, où j'ai mes entrées, j'admire l'installation de noix de coco mêlée de feuille de barbadine.












Rue Joliot-Curie et rue Gambetta ces maisonnettes nous transportent hors du temps et de l'espace.








A chaque fois que je passe par ici, je regrette de ne pas avoir mon appareil photo, et le jour où je l'ai, les voitures garées m'empêchent de bien jouer.
Il faudra que je revienne...




Le quartier est vivant, curieux avec une pointe de timidité.




J'écris une nouvelle : "Ainsi soit-il"

J'ai participé à un concours de nouvelle dont le thème était : Ecrire les vies d'ici. Après l'avoir lu, s'il vous reste un peu d’énergie, vous pourrez aller sur le site : http://www.ecrire-en-oceanie.nc/ pour lire les textes primés.

Lire la suite

Le Grand Sud








Le Grand Sud



Nous n'étions que deux à marcher aujourd'hui. Direction le Grand Sud pour une marche facile sur une ancienne route de mine.
Pas de belles forêts mais un espace minéral enchanteur et de beaux paysages.




Le maquis minier toujours surprenant avec ses plantes étranges dont celle-ci qui a deux sortes de feuilles sur la même tige :













Mais cela n'est pas tout ! Nous avons découvert une installation artistique de premier choix. Je n'ai rien touché si ce n'est l'ajout des deux pièces de monnaie et du grelot qui se trouvaient hors du champ de la photo.
Arrivés à la maison, j'ai placé sur mon étagère à souvenir mes petits vestiges du jour. Cela compose une bien belle Nature Morte, n'est-il pas ?
Ceci nous montre une fois de plus que, quelque soit, l'endroit où l'on se trouve, il y a toujours quelques trésors à découvrir.
J'adore cette boite de coca cola où seule l'inscription "It's the real thing" reste bien visible. Je l'ai ramassée parce qu'à ce moment là, j'ai pensé que c'était cela peut-être l'héritage que nous laisserons à nos enfants. Mes œuvres d'art (celles que je fais et celles que j'achète) auront depuis longtemps disparu avant que cette boite de coca cola soit totalement rongée par le temps (on prévoit une dégradation entre 100 et 500 ans pour une canette en aluminium).







Et pour finir, juste avant notre départ, alors que la dernière tranche de mandarine avalée coïncidait à merveille avec les premières goûtes de pluie, une anguille est venue faire sa belle juste devant nos yeux, sympa.






Très peu



Lors de notre choco rando, je n'ai pas fait beaucoup de photos, à peine quelques unes à l'ancien refuge de la rivière blanche :