Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le carnet de route de la famille Rolly


Rose et jaune



Le sud, c'est notre petite planète Pandora à nous, il y a toujours des frondaisons surprenantes, des couleurs subtiles qui persistent à nous fasciner.


































Une petite dernière pour la route



Notre dernière balade dans le sud avant notre départ. Comme le dit Alain : "L'extraordinaire est parfois moins loin qu'on ne l'imagine."








Voeux 2010





Avatar






C'est beau la technologie, même ici, elle fait son entrée ! Nous avons vu Avatar en 3D et à ma connaissance, c'est la première fois que nous en profitons.
Pour nous, c'est le film incontournable de la saison, si l'on prend en compte ce côté novateur.
C'est une belle réalisation. J'ai beaucoup aimé son côté poétique, c'est comme un rêve d'enfant. Les couleurs sont magnifiques. Il est passé à une vitesse grand "V" sans aucune longueur. La 3D ajoute beaucoup, elle place le spectateur dans une autre dimension. Au niveau de l'imagination, on pourrait croire à priori, qu'il est rempli d'idées originales mais à y réfléchir, pas tant que cela. Par exemple, il existe ici, des plantes et des animaux marins qui se rétractent. Et le pandanus a la même implantation de feuillage en spirale que les fleurs géantes rétractables de la forêt de Pandora. Je déplore également le fait que les scénaristes n'aient pas trouvé autre chose de plus subtil que la guerre avec des hommes armés pour envahir la planète. C'est le côté nœud-nœud du film. Au pays des hommes bleus, je m'attendais à une lutte plus subtile révélant la finesse de l'intelligence du réalisateur. Eh bien, non, cela sera peut-être pour la prochaine fois.

Noël 2009



Etait placé sous le signe des anges, des angelots tous plus mignons les uns que les autres, étaient arrosés par une pluie de lumière laser.
Quelques-uns sont arrivés habillés en ange, d'autres portaient haut, les auréoles qu'ils avaient fabriqués lors d'un atelier deux jours auparavant.
Le menu traditionnel, bien évidemment mais fait maison, a comblé petits et grands.
Chaque convive avait son ange gardien attitré et le mien était "L'ange dévoué", une dévotion qui a trouvé son paroxysme au moment du "lâché d'ange". Les ballons gonflés à l'hélium ont emporté des anges de papier de soie sur lesquels des paroles amicales étaient inscrites. Où ont-ils atterris ? C'est un grand mystère qui occupera nos pensées jusqu'à l'année prochaine.
Comme je disais ma grand-mère : "Noël est une belle invention".























Joyeux Noël

à tout le monde !

Le vrai génie sans cœur est un non-sens. Car ni intelligence élevée, ni imagination, ni toutes deux ensemble ne font le génie. Amour ! Amour ! Amour ! Voilà l'âme du génie.

[Wolfgang Amadeus Mozart]

Noël dans les rues



Nono et moi avons fait une séance photos dans les rues du centre ville.
D'autres badauds profitent de cette belle soirée en famille.




















Fête



C'était ce week-end en Brousse. Nous avons dansé sur le buffalo, mangé un petit cochon, grimpé dans les arbres, regardé la rivière, dormi dans une chambre spartiate et typique et rencontré un allemand qui fait le tour du monde depuis 22 ans. C'est un sacré alter-égo celui-là !
Un moment bien de chez nous donc, avant les préparatifs de Noël.
















WHATEVER WORKS






Je ne suis pas emballée par ce film. Il faut dire que je l'ai vu en VO avec sous-titrage en français et comme c'est un film verbeux, je pense que j'ai perdu un peu de son essence en ne parvenant pas toujours à lire les traductions dans le temps imparti.
Il y a certes de l'humour mais l'histoire n'a que peu d'intérêt et les images sont quelconques.
Je cherche ce qu'il a pu m'apporter mais ne trouve pas.
En fait, je pense que qu'il est trop contextualisé, je ne reconnais pas mon humanité dans ce fatras de bobos américains.
L'image de la femme n'y est pas du tout valorisée. La blonde de service joue le rôle de la femme parfaite. "Soit belle et surtout tais-toi" tu n'as rien à dire de toutes les façons. Eventuellement tu auras le droit de répéter ce que l'Homme a pu affirmer d'intelligent mais cela s'arrête là. Elle n'est présente que pour le satisfaire et accepter ses manies sans rien dire, sans rébellion aucune. Elle n'est qu'objet de plaisir pour l'homme.
La mère se libère un peu trop facilement d'un carcan moralisateur réducteur, c'est sans intérêt aucun.
Deux étoiles c'est déjà trop.

Pour les gens de là-bas



Les flocons dansants se chargent de toutes les émotions du monde et de paroles aimables.


Paroles de l'auteure.

Chaises désertiques



Ce qui est dérangeant quand on un œil critique c'est que l'on voit tous ses défauts, ce qui est traumatisant, par contre, c'est d'être incapable de les supprimer.
Cela me rappelle qu'il faut se montrer humble et patient dans toute entreprise.






Préparatifs



Eh bien non, les préparatifs de notre voyage ne vont pas bon train. Il nous faudrait avoir un train à prendre alors que l'on se sait en retard pour faire un plein d'adrénaline suffisant pour nous mettre en train.
Ne trainons pas quand même...
Le jardin est prêt à 95% et cela n'est déjà pas si mal.
Dans un an pile, jour pour jour nous serons de retour, ici sur le caillou. Je me demande ce qu'il sera devenu, si les plantes à peine mises en terre auront fait des fleurs, des fruits et des petits où si le mauvais temps les aura anéanties.
L'échancrure est sévère et le laisse presque nu, il y a à présent de grands espaces libres qui feront l'affaire des herbes folles. A Dieu va !












Les petits formats



Pour la troisième année consécutive la Galerie Leclectic accueille une quarantaine d'artistes pour une expo de petits formats et .... j'expose aussi.

"Fantômes du sud" : Huile sur papier, crayon sur papier calque.





"La baie des crabes" Photographie + crayons.




Je n'ai malheureusement pas la permission des autres artistes pour mettre les photos de leurs œuvres respectives, mais l'expo est vraiment sympa, bien mise en valeur par le travail minutieux d'Hellène, la propriétaire de la galerie.

Mini fête des lumières



Mardi 8 décembre, alors qu'à Lyon la fête des lumières bat son plein avec ses 4 millions de visiteurs dans les rues, nous sommes une petite poignée (dont les mamies sorties pour cette "very special occasion") à admirer le travail de Peter Milne sur la façade de la caserne Gally-Passbosc
Le temps est doux, la ville s'éclaire petit à petit....










Le spectacle qui dure une quinzaine de minutes passe en boucle pendant 3 heures chaque soir de la semaine.
En voici une petite partie...
















Les derniers



Arnaud et Estelle sont arrivés juste au moment de la dernière cueillette de litchis, quelques kilos qu'ils ont emportés dare dare à l'île des Pins.




Pas cool



C'est l'histoire d'une nana genre, pas très honnête avec elle-même.

Le matin, en s'habillant, elle se dit :
"C'est bizarre cette histoire, ce n'est pas la première fois que je mets ce futal pourtant il a rétréci au dernier lavage, mer.... alors"

Mon toubib me disait tout à l'heure qu'il y a 20 calories dans chacun des litchis plaisir.
Si l'on compte bien, cela fait 200 calories à chaque fois que l'on en mange 10, c'est hyper déprimant comme info. Dix litchis, c'est rien, j'en mange bien plus par jour en ce moment, et les fêtes qui approchent...

Micmacs à tire-larigot





Inconditionnelle du cinéma de Jeunet, j'ai couru voir ce film et je ne suis pas déçue.
Quoique toujours aussi excentrique et baroque, l'atmosphère est plus légère que d'habitude cela vient peut-être de la présence de Dany Boon. Jeunet nous fait un film genre "Mission impossible" à sa façon et c'est, il faut bien le dire, beaucoup plus ludique et loufoque mais tout aussi surprenant. Les vendeurs d'armes en prennent plein leur grade et bien sûr l'on ne peut qu'aller dans le sens de ces grandes idées moralisatrices. Le sujet reste malgré tout quelque peu original en cette période où l'on ne parle que d'écologie et de sauvetage de planète sans se préoccuper d'abord de la destruction et de la douleur premières.

Un dimanche en couleur



Je voulais, hier, photographier les petites boutiques du quartier latin avant de partir de crainte de plus les revoir à mon retour de voyage.

Rue Bichat très colorée :

















Rue de Verneilh : La rue des petites épiceries typiques.




Un entre-deux :




Flagrant délit d'ouverture d'un nouveau magasin de meubles ... je dois penser à y aller avant de partir.




L'autre petite épicerie et sa porte :








Femme dans la rue Valbonne :




Un peu plus loin dans un quartier protégé où il semble faire bon vivre : la vallée du Génie.
Rue Olry une autre maison colorée qui jouxte un terrain vague qui doit faire pâlir d'envie les promoteurs :




Rue Jenner : cette maison semble avoir été transportée de la brousse jusqu'ici.




Enfin La petite dernière :




L'affaire Farewell





J'ai aimé ce film même si, il n'a pas généré en moi de fortes émotions. Il s'adresse plutôt au côté intellectuel du spectateur. Toutes les parties du film qui jouent sur l'affect arrivent un peu comme un cheveu dans la soupe, elles ne l'humanisent absolument pas.
C'est pessimiste : voir que l'on peut tuer uniquement parce que l'autre n'est pas de votre avis me révolte et me déprime toujours.
Je ne sais pas si le film colle à 100% à la réalité ou alors si c'est une sorte de docu-fiction. J'estime l'attitude de l'espion russe un peu trop exaltée et héroïque pour paraitre véridique.
J'ai bien aimé la reconstitution historique, le déplacement original de la caméra et le jeu des acteurs masculins qui compensent un peu la pauvreté de celui des femmes.

STRIKE



Si je croise en votre présence un des pompiers de Tontouta, retenez-moi, je vais le mordre.