Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le carnet de route de la famille Rolly


Com com

La vie n’est qu’une suite ininterrompue d’essais de communication avec l’autre.
Essais parfois gagnants pour l’une et l’autre des parties prenantes ce qui induit une vive satisfaction de part et d’autre, presque le bonheur. Malheureusement, c’est souvent le contraire qui se passe (binp).
Une personne s’exprime et l’autre comprend tout autre chose parce que son histoire personnelle, la conduit à prendre un autre chemin, une autre voie. J’ai beau savoir cela par cœur, cela me perturbe toujours quand cela arrive.
J’ai fait venir chez moi un laveur de carreau : Philippe de PROPRE VITRES. J’ai accepté son devis jusque là, tout baignait.
Quand j’ai vu qu’il nettoyait mes persiennes en les caressant doucement, j’ai un peu râlé, il a repris le travail, bon.
Quand j’ai vu qu’il a laissé une partie des ces dernières sales sous prétexte qu’il ne pouvait pas les atteindre, pas bon.
Quand j’ai vu qu’il n’a nettoyé qu’un côté des persiennes du patio et pas l’autre, j’étais éberluée. Son argument était que cela n’était pas dans le devis. Pour moi, il est inconcevable de nettoyer un côté et pas l’autre et c’est hallucinant de penser autrement.
Qu’est-ce que c’est déjà le contraire du bonheur ?
Que les hommes qui laissent des traces de malheur derrière eux, passent leur chemin, ma porte leur sera définitivement fermée.

Fête du mouton


Didi et Bo ont voulu fêter leur retour vacancial sur le caillou, le thème de la soirée était "le mouton" animal hautement symbolique dans le pays qu'ils ont laissé et dans celui qu'ils vont explorer.


Nous nous sommes bien amusés à fabriquer des moutons en ballons, ils sont toujours pendus en attendant un dégonflage en douceur.
La fête était sympa, nous avons bavardé avec des jeunes personnes perdues de vue depuis quelques années.


Il y avait le côté marocain de la bergerie avec des moutons en poche plastique et le côté néo, plus écolo avec du coton.








Des moutons poufs :





Et des moutons ballons :







Et même un mouton à cinq pattes.









Les amies ont un peu déliré avec le reste des ballons, ambiance...




Bien arrivés



Didi et Bo sont bien arrivés mardi dans la nuit, depuis à la maison cela déménage, il y a de l'ambiance....


En souvenir de leur passage au Maroc, je leur ai offert un de mes tableaux : Rue de Marrakech.




Encore vert



mais plus pour longtemps, bientôt à cet endroit, un nouveau lotissement va pousser. Le paysage va changer, il faut essayer de l'imaginer couvert de petites maisons aux toits multicolores.
Nous avons mis une option sur ce terrain qui fait 53 ares. 30 m en bordure de la route et 200 m de long, de quoi faire un beau jardin. Nous avons flashé sur celui-là parce qu'il meurt en pente douce dans la forêt du parc privé du lotissement.
Ce n'est qu'une option mais nous sommes motivés.
Voilà, la suite de l'aventure plus tard.
En prime, une modique fleur des champs, mais si jolie.

















Manif






Si vous aviez l'intention d'aller chez votre médecin dans les prochains jours pour lui parler d'un de vos petits bobos insignifiants mais gênants, faites-le tout de suite parce qu'il risque d'y avoir pléthore de patients dans les cabinets la semaine prochaine.
26 000 personnes dans les rues se collant les uns les autres, cela va booster la propagation de la grippe A, bientôt les rues seront désertes comme les dimanches matins, super, je pourrai y aller pour prendre des photos.
Celles qui illustrent ce billet ne sont pas de moi, elles courent sur le net, je les ai déjà reçues plusieurs fois, aussi je me sens une certaine liberté à les emprunter à leur propriétaire.
Je n'étais pas au milieu de tous ces gens pour plusieurs raisons, la plus importante est certainement le fait que je suis opposée à ce genre de manifestation.
"Pour une marche citoyenne" "Si y a pas toi, y a pas moi" disaient les slogans.
26 000 personnes qui récusent (tout comme moi) les agissements de notre syndicat USTKE qui dépasse sans peur ni pudeur les limites de la "border line", bien, l'on ne se sent pas seul, de là à manifester, c'est une autre histoire.

Pour moi cette protestation n'en ai pas une, au contraire elle ne fait que sous entendre :

"Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes" ne touchez à rien de ma petite vie.
J'accepte d'être tondu allègrement par les nantis ++ de ce monde.
J'accepte que les prix aient augmenté de presque un quart en trois ans.
J'accepte que les terrains et les biens immobiliers ne soient plus accessibles aux jeunes du pays mais accaparé par les agents qui font de la défiscalisation (depuis la mise en place de cette loi, les prix ont flambé X 5)
J'accepte qu'une grande partie de la richesse générée par ce pays s'échappe ailleurs.
J'accepte que notre environnement soient la dernière roue de la charrette.
J'accepte que les manifestations citoyennes soient peu colorées et diversifiées. (Peu d'européens autour des journées du MWAKA, beaucoup hier...).
J'accepte tout sans mot dire ni maudire tout, et n'importe quoi.

Ce n'était pas le but de cette manifestation diront les gens qui défilaient, tu n'as rien compris, probable mais je n'y serais pas allée par crainte que ces arguments sourdent sous mes pas.


Gripper



Gripper signifie à la base : Attraper, saisir subtilement voire dérober (le bien d'autrui) exemple : "Le chat a grippé la souris à la sortie du trou".

Aujourd'hui, nous utilisons ce terme pour signifier que nous sommes malades, que nous avons attrapé la grippe : "Auguste est grippé, il est obligé de garder le lit".
Si nous réfléchissons bien, nous ne pouvons donc pas dire que nous avons attraper la grippe sans faire une sorte de pléonasme.

Mais cessons ce jeu, j'ai mieux à faire et notamment à m'occuper de mon petit mari cloué au lit par cette fameuse grippe A. "Les Nouvelles Calédoniennes" titrent aujourd'hui qu'il y a des milliers d'absents dans les écoles (plus de 5 000). Les enseignants sont donc aux premières lignes pour attraper le virus.

Hier, pour la première fois, j'ai fait la queue pour prendre rendez-vous chez le médecin, les malades embéguinés de masques bleus ou blancs débordaient du cabinet jusque dans la rue.
J'arrive enfin près de la secrétaire qui me parle tout en répondant au téléphone qui ne cesse de sonner. Je ne me suis pas gênée de lui dire que les personnes présentes devaient avoir la primauté en ce qui concerne les rendez-vous possibles, il y avait du combat dans l'air.

Alain est hyper malade, plus de 40° de fièvre et des douleurs fulgurantes dans la poitrine à chaque quinte de toux.
Aujourd'hui, la secrétaire du médecin est absente, malgré le masque qu'elle portait, le mal l'a atteinte sans vergogne, ce qui n'est pas outre mesure étonnant avec tous les malades qui lui soufflaient dans la figure parce qu'elle est assisse en contre bas du comptoir.
Le toubib est résistant mais, au contraire de moi, très prudent, il a refusé de serrer la main tendue d'Alain et j'ai remarqué qu'il l'a touché le moins possible.
En ce qui concerne le Tamiflu, le médecin n'est pas vraiment pour, il dit que cela n'a qu'une petite action en ce qui concerne la durée de la maladie et que les effets secondaires néfastes qu'il provoque, sont pire que le mal lui-même. Le souci nous dit-il c'est qu'il y a eu des milliers de doses achetées et qu'il faudra bien les écouler. N'empêche qu'il n'en a pas donné à Alain et c'est mieux comme cela.
Je m'attends à tomber d'un jour à l'autre, comme je suis peut-être en incubation et par respect pour mes camarades, j'ai porté le masque pendant les deux cours que j'ai suivi hier.
Pas simple de faire un auto-portrait grimaçant le voile sur la bouche, mais quand on est motivé, rien ne peut nous arrêter, n'est-il pas ?

Le dernier lu






Ceci n'est pas un roman, d'ailleurs vous pouvez chercher, vous ne trouverez pas écrit sur la couverture "roman". Alors qu'est-ce que c'est ?
Un livre cela est.
C'est un recueil de moments de vie de l'auteur, un genre de blog mais imprimé sur papier (cool). Il permet d'entrer dans son monde et s'amuser parce que l'auteur a un sens de l'humour percutant.
J'ai acheté ce livre tout à fait par hasard après l'avoir feuilleté dans une librairie de la place et avoir bien rigolé à la lecture d'une de ses aventures.
Je me suis dis "mimi ce livre est pour toi" et de fait, je ne l'ai pas regretté bien au contraire. Pour moi qui essaie tant bien que mal de distiller dans ce blog une once d'humour, David Sedaris est un alter ego bien sympathique.
Pour exprimer leurs idées, les auteurs suent sang et encre pour écrire un roman. David expose les siennes tout de go, sans héros ni trompettes et je dois dire que cela fait gagner du temps à tout le monde. Cela me plait bien.
Je vous en livre un passage (choix cornélien si il en est , mais je ne peux tout de même pas réécrire complètement le livre). J'espère que je ne serais pas poursuivie par l'auteur parce que je ne lui ai pas demandé la permission.

L'auteur est en visite au Japon :

"Au rayon épicerie du grand magasin Seibu, j'ai vu un poulet entier qui coûtait l'équivalent de 44 $. Ca m'a paru excessif jusqu'à ce que je vois, dans un autre grand magasin, quatorze fraises pour 42 $. Elles étaient assez grosses, mais quand même. 42 $ - c'est presque le prix d'un poulet."

La blague du jour



Entendue ce matin sur France Inter :

Un homme arrive dans un bar en trombe, il s'adresse au barman :
- Eh connard, dis-moi où sont les chiottes dans cette tôle de merde.
- Au fond à gauche, sur la porte il y a écrit "Gentlemen" n'y faites pas attention, entrez quand même.

Millénium





J'ai lu deux livres et demi de cette série et j'avais hâte de voir ce que cela donnait en film.
Ce qui est super c'est que c'est un film nordique donc pas américain. Cela lui confère une touche européenne que j'apprécie beaucoup. J'ignore si les producteurs comptent continuer la série. Pour ma part, je trouve que le 3° volume est un peu tiré par les cheveux et s'il reste sur ma table de nuit depuis quatre mois déjà, c'est que j'en ai un peu assez de ces histoires violentes qui perdent peu à peu leur sens et où tout est "trop". De plus, l'écriture est loin d'être un évènement qui vous transporte mais l'auteur sait bien tenir son public en haleine.
J'ai bien aimé le film, je ne sais pas si quelqu'un n'ayant pas lu le livre aurait pu autant en appréhender l'ambiance.
Je lui mets 4 étoiles.

Coco avant Chanel





J'ai bien aimé ce film. Ce qui m'a intéressé c'est surtout les rapports amoureux entre personnes de milieux différents. Coco Chanel fait du forcing pour être acceptée dans un milieu qui n'est pas le sien. Cela demande du courage et une bonne dose d'intelligence. Elle est éminemment moderne et a une grande intuition.
Il y a quelques belles images mais ce n'est pas le principal du film.La force du film se situe plus dans les rapports humains subtils qui en font quelque chose comme un cadeau.
AUDREY TAUTOU joue bien ce rôle, son air sérieux et grave habituel sert bien le personnage.
Je mets 4 étoiles.