Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Le carnet de route de la famille Rolly


J'apprends

J'ai adoré tripoter l'argile pour en modeler Eva (c'est le nom que je lui ai donné). Cela m'a procurée une sorte d'euphorie intellectuelle, ma foi fort appréciable.
Sauf aujourd'hui ; quand j'ai tout cassé ses jambes pour les refaire, elles étaient trop courtes.
Cela va mieux mais ce n'est pas encore çà.
J'ai appris à gérer une grande frustration de ne pas avoir fait quelque chose de parfait (pour mon niveau s'entend). Enfin quand je dis que j'ai appris je fais un raccourci psy. En fait, je fais de gros gros efforts, on apprend à tous les âges.




















Une journée de vacances

Lundi matin, j’avais RDV à 8 heures à l’université à Nouville pour m’inscrire en tant qu’auditrice libre. Mon intention est d’écouter les cours de lettres modernes et d’anglais. Bien que déjà rouillée par endroit les nouveaux bâtiments sont sympas, j’aime beaucoup cette esplanade qui domine le jardin et la mer.




















Patience ! Il faut faire quatre (ou cinq ou six) queues différentes pour ressortir muni de sa carte après y avoir laissé un chèque de 23 331 francs. Les vrais étudiants de plus de 28 ans ont eu la mauvaise surprise de devoir payer plus de 80 000 F, ce n’est que le triple de ce qu’ils payaient l’année dernière (sic).
J’y ai rencontré des anciens élèves notamment Dimitri qui hallucinait quand je lui ai dit que je voulais suivre des cours pour le plaisir. Il m’a dit que lui-même mettra son plaisir ailleurs quand il sera à la retraite. Je ne lui ai pas répondu mais je lui souhaite de changer d’avis d’ici là.


Je suis ensuite passée par la gare maritime pour prendre un bain de touristes, des photos de la structure et regarder ce qui est proposé comme souvenirs à la vente pour les voyageurs en mal d’exotisme. Il y a des milliers de magnets, de porte-clefs et des bijoux fantaisie plus ou moins du local ou du made in China, c’est étonnamment pas cher, un truc à savoir si l’on veut faire un petit cadeau.








De retour à la maison, le bleu du ciel nous incite à chevaucher le jet ski . Nous voilà bientôt sur une des plages de ilot Sainte Marie, nous choisissions d’accoster sur la côte balayée par les alizés. Elle est plus propre et moins dégradée que l’autre mais n'est accessible que par temps calme.
A droite personne :




A gauche personne :




Au milieu les yuccas et les pandanus en fleurs :








L'après-midi direction le Mont Dore chez Jean-Pierre pour le cours de sculpture, des photos suivront mais je me demande si la nana ne va pas subir un collapsus sans qu'elle ne voit rien venir.

Je me voyais déjà ....

en haut de l'affiche.
En lisant les Nouvelles ce matin, j'ai compris que tout était perdu.
J'ai postulé pour faire parti du Film de Louise Michel. On recherchait des figurants et des acteurs.
J'ai été me faire tirer le portrait à la cellule audio-visuelle de la Province Sud. Les dames m'ont dit qu'une personne de France devait venir pour faire le casting.
En fait, je lisais ce matin sur le journal que c'est Alain Mardel qui en est responsable, le monde du spectacle calédonien ne manque pourtant pas de personnes plus compétente, Quel dommage !

Mon ennemi juré ne me fera pas de cadeau, j'en suis sûr, adieu, donc, à cette aventure. Tant pis.

Babel

Babel est un tout nouveau café-restaurant qui s'est ouvert en face de l'As de Trèfle. C'est un des premiers café-restaurant de la place. En effet, ici on trouve soit des restaurants soit des cafés mais peu ou prou ceux qui donnent dans la mixité.
Le cadre : La porte d'entrée est grande ouverte, il n'y a pas de clim dans la salle. Le quartier latin est toujours vivant et passant, ce qui signifie que ce n'est pas l'endroit rêvé pour se reposer, mais pour se retrouver entre amis, c'est sympa.
L’ambiance : Jeune, presque branchée, normal le café n'a qu'un mois d'existence, du coup tout le monde vient voir à quoi cela ressemble.




Le service :La jeune fille qui nous sert est charmante et appliquée mais elle s'embrouille dans les commandes, elle a besoin de se faire la main.
La décoration :C'est oriental, c'est de que m'a répondu le serveur ; un savant mélange de marocain et et d'indien. Bon ! Les tables sont en béton et indéplaçables, elles sont très éloignées du salon marocain, du coup c'est inconfortable quand on doit manger. Les murs sont joliment enduits et colorés. Il n'y a ni nappe ni set de table sur le béton de la table. Cela ne fait pas très propre.
Dans l’assiette : :J'ai pris un kébab dans du pain (je ne sais plus comment ils ont appelé cela), je n'ai pas du tout aimé, c'était carrément bizarre au gout de pétrole. C'était de la viande de dinde et de veau (sic). Le couscous d'accompagnement était sec comme le ventre d'une vieille fille, au secours, on veut m'assoiffer. Sur la photo, la sauce tomate fait illusion, il n'y en a qu'un tout petit peu pour la déco.




Isa a pris un poulet au curry, elle a dit que c'était bon.




Combien cela coûte ? Le plat est à 1350 F ce qui n'est pas donné pour ce qui est servi.
Conclusion :Trés mauvaise note pour moi, mais je préfère donner encore une chance à ces jeunes et ne pas les casser tout de suite, prudence quand même si vous y aller pour déjeuner.




3° et 4° cours

Je n'avais jamais modelé un visage en argile, c'est chose faite.
Je suis satisfaite du résultat, actuellement nous avons commencé à modeler un personnage en entier et c'est une autre paire de manche.
Je n'ai pas fini de travailler les détails de la chevelure, c'est le plus long et le plus fastidieux à faire.












Les joies du camping

Comme nous n'avions pas de soirée prévue hier au soir, nous avons décidé Alain et moi de partir camper pour la nuit.
Pas de soirée, mais un repas associatif samedi midi nous a fait quitter Nouméa un peu tard dans l'après-midi.
Le but de la balade : le parc de la rivière bleue où je voulais prendre des photos de la forêt noyée le matin dès l'aube.
Nous arrivons trop tard au parc pour pouvoir y entrer, le glas sonne à 14 H, élément que nous ignorions.
On se rabat sur le camping des Bois du Sud. La tente est planté sous un abri au cœur même de la forêt primaire, que du bonheur.
Un repas frugal et une pluie correcte termine cette belle journée.
Deux heures et demi du matin, j'ai les yeux grands ouverts et malheureusement pour moi les oreilles aussi.
Ah, le silence de la nuit tropicale ponctué seulement par le ploc ploc des gouttes de pluie qui tombent de feuilles en feuilles, par un grillon qui fait crisser ses ailes, jusqu'ici tout va bien, mais voilà, il y a un "pire". Un oiseau se met à crier parce que celui-ci ne sait apparemment pas chanter. Avec un rythme de métronome, il crie sur quatre temps : trois silences, une blanche.
Je ne dors plus, j'arrache des bouts de PQ et j'en bourre mes oreilles, rien n'y fait ( note perso pour l'auteure : Penser à mettre des bouchons d'oreilles dans la trousse fourre tout du camping. Non, j'agis immédiatement).
Me revoilà ! Donc, je vous expliquais que j'avais peu dormi, debout à cinq heures du matin la tente pliée, on décide d'aller au bord du lac pour prendre des photos. il pleut à moitié cela signifie que je ne pourrai pas faire les photos prévues.
Pas de ciel bleu mais des arc en ciel nous souhaitent la bienvenue.
Ici Alain est tout petit dans l'immensité du paysage alors qu'en fait il n'est pas loin de moi.


















Ensuite nous avons exploré des chemins de traverse et des routes inconnues. Nous sommes tombés sur cette doline. L'eau y était cristalline, nous nous y sommes baignés entre deux ondées. Une herbe vert tendre pousse au fond et chose extraordinaire pour nous, des feuilles argentées décomposaient la lumière rasante du soleil et formaient des mini arc-en-ciel posés au fond de l'eau, cela avait quelque chose de vraiment féérique. Je n'ai pas pu faire plus de photos parce qu'il recommençait à pleuvoir et il était impossible de s'approcher trop près de ces petits trésors mais j'espère que vous les voyez.










Pour finir, une photo de niaoulis dédiée à Nono.




Truc de nana

En ce moment, je m'intéresse au proportion du corps humain, et je suis tombée sur le ration 0,7. Une nana attire les hommes si son ratio tour de taille sur tour de hanche est compris entre 0,6 et 0,7. Je suis tout de suite allée chercher le mètre ruban pour me mesurer. C'est vrai que j'ai un peu tiré au max sur le truc mais le calcul me donne 0,68. C'est le même qu'Ursula Andress, la classe .......

Encore un peu

Une photo à peindre .......






In a hurry

Je vous livre ces quelques photos rapidement, trop de choses à faire, je temps passe encore plus vite quand se sont les vacances scolaires.
Je les ai faites dans le parc de la rivière Bleue où, nous sommes allés nous promener avec Hellène ; en balade sur le caillou.
























Sirion





Nous avons beaucoup aimé ce film. J'ai trouvé qu'il a de belles trouvailles imaginaires, pas trop surfaites.

Le site officiel du film vous propose de connaitre votre daemon.
Dans le monde magique de La Boussole d'Or, tout le monde naît avec un compagnon qui ne le quittera jamais de toute sa vie, et qu'on appelle un ''dæmon''. Un dæmon prend la forme d'un animal doué de la parole qui est quelque chose comme votre âme et votre meilleur ami. La forme définitive que prend votre daemon dépend de votre personnalité.

Cliquez sur le lien ci-dessous pour emmener votre propre dæmon dans votre monde virtuel. Créez votre Dæmon:


Le mien est Sirion un tigre : doux, gagneur, timide, détendu, assuré.
Ce que je ne sais pas si, il est mon contraire ou si, il est comme moi.

Deuxième cours

Pendant le WE, je me suis essayée à sculpter une tête toute seule, histoire d'appréhender la difficulté de la chose.
Cela n'est pas facile surtout pour les yeux et la bouche.








Auj, avec Jean-Pierre, nous en avons modelé une en suivant pas à pas sa technique.
Voilà ce que cela donne, Il y a de vrais volumes, l'effet que je recherchais.








Attention pour ceux qui sont novices, il y a une différence entre sculpter et modeler. Quand on sculpte, on donne la forme en enlevant de la matière, on est obligé de partir d'un énorme bloc pour obtenir ce que l'on cherche. On sculpte dans des matériaux compacts comme la pierre, le corail, l'os mais aussi dans des blocs de terre.
Quand on modèle, on peut bien sûr enlever de la matière mais surtout, l'on peut en ajouter. C'est beaucoup plus facile.
Besoin d'une bouche, on l'ajoute etc. On procède comme cela pour toutes les formes qui dépassent du volume initial.
On ne peut pas, bien entendu, modeler de la pierre, il faut, alors, travailler la terre.

L’envers du décor

Cathy me disait hier, qu’elle a passé un réveillon perturbé par des cris de démence venant d’une maison voisine. Une autre voisine ayant appelé la police, il lui a été répondu qu’il n’y avait plus d’équipes disponibles pour intervenir. Nous en sommes réduits à attendre une mort d’homme pour que la police se déplace pour les constats; cela n’est pas rassurant.
Sur l’Anse Vata hier matin, jetés çà et là, des cartons de feux d’artifice faisaient concurrence aux canettes de bière et autres cadavres de bouteilles vides. Nous avons croisé des groupes de personnes endormis sur la pelouse qui leur faisait un matelas convenable. C’est une chance qu’ici, l’on ne meure pas de froid quand on couche dehors.
Il y avait aussi quelques malheureux encore debout, quelques bribes de paroles, des voix enrouées et pâteuses, c’est tout ce qu’ils étaient capables de donner. J’ai trouvé ce tableau triste à souhait. Si, j’ai utilisé ce terme de “malheureux” cela n’est pas anodin, aucune joie ne transpirait d’eux, où est “l’esprit” de la fête qui est avant tout amitié et partage ?

En cette nouvelle année, je souhaite à tous ces malheureux et à leurs frères de connaitre la joie.